Sur la route entre Marseille et Nice, nous faisons une petite halte sur le rond-point des Gilets Jaunes du Var au Cannet-des-Maures, le temps d’un café et d’un échange sur nos luttes respectives.

Incroyable site où se dressent une Tour Eiffel, un arc de triomphe, une pyramide (du Louvre enfermant des gilets jaunes) et bien d’autres « symboles » de la France (centralisatrice) tout en palettes !

C’est aussi un lieu organisé pour tenir sur la distance avec une cuisine superbement agencée, un coin banquettes et table, un poulailler, des semis et des plants (salades, tomates…). Mais la crainte d’être expulsé plane… La lutte à Bure, la plupart n’en ont jamais entendu parler : c’est l’occasion de la raconter !

Puis nous reprenons la route jusqu’au vallon protégé, dans l’arrière-pays niçois où vont nous accueillir, nourrir et héberger Cécile (géologue de formation et meusienne d’origine) et Mario (militant Greenpeace).

La pluie incessante freine un peu nos élans ! Un repas militant est organisé le 24 au café de la Place à Nice… où hélas, à part nos hôtes et Daniel (de la CANAM : Commission Anti-Nucléaire des Alpes Maritimes) nous ne rencontrerons personne… sauf Jurgen, le photographe de la forêt burienne et qui transpire à travers ces photos tout le paradoxe du nucléaire. Souvenez-vous, nous avions relayé son expo par un partage de paroles lors de notre étape de Strasbourg.

Il nous fera visiter le lendemain son atelier « Le 109 » (ancien abattoir de la ville) et nous présentera son livre en préparation « Bure ou la vie dans les bois » (hommage au « Walden ou la vie dans les bois » de Henri David Thoreau, précurseur de la désobéissance civile).

L’après-midi, le soleil étant de retour, nous nous installons dans la « coulée verte », parc arboré en centre-ville de Nice. Là, échanges nourris et mini-débats s’installent entre les passants et passantes qui s’arrêtent pour lire les paroles accrochées.

Le soir, nous sommes accueilli-e-s au cinéma associatif de Beaulieu-sur-mer pour la projection de « Fukushima, le couvercle du soleil » suivie d’un débat auquel une vingtaine de personnes participeront.

Un peu déçu⋅es de n’avoir rencontré que trop peu de monde dans une aussi grande ville et agglomération… Nous comptons sur les locaux pour relayer et amplifier notre appel à nous rejoindre à la grande manifestation en automne à Nancy.

Catégories : Etapes passées