Ayant quitté le tumulte des agglomérations lyonnaises et stéphanoises, notre camionnette suit désormais la nationale 7 pour rejoindre un des bastions de la néoruralité : la Drôme.

Vendredi matin. Nous nous rendons d’abord dans un lieu « sacré » pour de nombreux anti-nucléaires : le laboratoire indépendant de la CRIIRAD, située dans une charmante zone industrielle valentinoise. Accueilli⋅es chaleureusement par les scientifiques et employé⋅es de l’association citoyenne, il nous sera présenté les diverses campagnes de mesures indépendantes menées pour tenter de pallier au mutisme (ou aux mensonges) de l’État nucléaire. La visite de chaque bureau sera l’occasion d’échanges passionnants, qui se clôturera par la présentation des appareils de mesure et des explications sur le système de détection de rejets sur la vallée du Rhône. Gageons que l’activité de ces centrales sera arrêtée avant que les alarmes n’alertent ces  « gardiens de phare » (par ailleurs de moins en moins financés…) d’une avarie nucléaire.

Direction en suite Court Circuit, un magasin de producteurs à Chabeuil. La confrontation de notre célèbre carte de France du nucléaire à l’immense carte des producteurs bio au mur nous rappellera que la Drôme est à la fois département où l’on trouve plus d’agriculture biologique et le plus d’installations nucléaires. Une certaine vision de « l’exception française »… Les divers plats amenés par le public nous en donnerons confirmation, laissant place ensuite aux débats qui nous occuperont une bonne partie de la soirée, faisant de fait oublier l’annulation d’une projection. Il faut dire que le tissu associatif présent (anti-nucléaire mais pas que) est à la mesure de la prégnance de cette industrie sur ce territoire. Reste à tisser des liens entre ces groupes d’ici et d’ailleurs.

Notre habituel partage de paroles eut lieu à proximité du marché du samedi dans le centre de Valence avec nos ami.e.s de Stop nucléaire Drôme Ardèche et fut suivi d’un repas musical dans un bar associatif (encore un !), « Le Cause Toujours » avec le duo Manbouss, entre rythmes du Vanuatu et Reggae méridional, aux textes invitant à l’engagement et faisant état de griefs à l’égard de la maréchaussée.

Nous quittons ensuite cet environnement urbain pour nous diriger vers Portes-en-Valdaine où le Chien rayé attend notre venue. Dans cette sympathique salle en terre-paille nous présenterons, malheureusement sans Isabelle la réalisatrice pour cette fois, « Un héritage empoisonné ». Le public sera comme d’habitude scotché par cette histoire méconnue de l’oubli en Meuse des déchets mortels de la Grande Guerre et du parallèle avec les déchets à Bure, « gérés » par un État qui ne semble pas capable d’apprendre de l’Histoire. S’en suivra un concert d’un sympathique trio folk venu en soutien à Loïc ; puisse la bourrée à trois temps résonner jusqu’en Allemagne.

Après avoir rendu visite à nos hôtes, nous sommes allé à Dieulefit où une soirée culturelle et festive était organisée, pour présenter en quelques mots notre Atomik Tour. Plusieurs centaines de personnes étaient venues écouter des poètes irakiens et les électro-troubadours occitans de Uèi. Les évènements festifs semblent attirer plus de monde que les retrouvailles de l’entre-soi anti-nucléaire, peut-être y a-t-il de quoi s’inspirer.

Dimanche. Direction la petite foire bio de Nyons, où la pluie finira par nous laisser du répit, et où nous partagerons le stand des collectifs antinucléaires Drômois. Le public « écolo » mais pas forcément au point sur le nucléaire nourrira d’intéressants échanges tout au long de la journée, entre les glaces aux fleurs de sureau et le stand L214. Un de ses militants s’avérera d’ailleurs être un sous-traitant d’une des centrales de la vallée du Rhône toute proche. Les réflexions sur la reconversion des élevages de la région semblait ainsi l’intéresser tout autant que les conditions de travail de ses collègues régulièrement et légalement irradiés le préoccupait…

Dans la Drôme comme ailleurs, les alternatives au Vieux Monde se construisent et il est grand temps que l’idéologie surannée du « Progrès » sauce nucléaire lui cède la place.

Catégories : Etapes passées