À l’heure où nous écrivons cet article, nous sommes sur le départ pour notre troisième étape: Metz.

Mais chaque chose en son temps. Que s’est-il passé ces deux dernières journées?

Après avoir quitté nos Gilets Jaunes de Colmar, nous avons pris la route de Kolbsheim, épicentre de la lutte contre le Grand Contournement Ouest de Strasbourg. Accueillis chez Dany et Marie-Claire, nous nous sommes aussitôt attablé-es autour d’une potée locale avant de rejoindre le presbytère de la commune pour y rencontrer une partie des personnes impliquées contre ce grand projet inutile et imposé: membre d’associations, maire du village, “zadiste” ou simple villageois-es sont venu-es nous livrer leur histoire et leurs inquiétudes devant l’avancée des travaux.

Ces travaux, nous en prendrons conscience le lendemain matin lors d’une balade à proximité d’un des points de travaux de ce nouveau tronçon autoroutier. Alors que nos pas laissent des traces dans la neige tombée durant la nuit, tracteurs et tombereaux brisent le silence de cette belle campagne pour nous ramener à la dure réalité : la forêt dans laquelle se trouvaient les zadistes pour protéger ce coin de campagne n’existe plus. À la place, un ballet incessant d’engins de chantier qui s’apprêtent à percer une colline et construire un pont.

Une partie des travaux du grand contournement ouest de Strasbourg

L’après-midi, nous nous rendons à Strasbourg sur la place Kléber, pour effectuer notre action de partage de paroles. Toujours sous surveillance de la police, les personnes interrogées continuent d’alimenter notre corde à linge de réponses pertinentes et variées.

Place Kléber à Strasbourg

Nous déménageons pour rejoindre la galerie “La Chambre” expose Jürgen Nefzger, venu dans le Bois Lejuc, où nous rencontrons une classe de la faculté d’Art de Strasbourg en train d’observer nos compagnons de lutte en photos.

L’équipe de l’Atomik Tour

Catégories : Actualité